Saint Epain 1er Mai 2019

La commune de Saint Epain est très étendue, et offre des habitats floristiques variés. Son association du Patrimoine souhaite découvrir, et ultérieurement faire découvrir, quelques plantes caractéristiques. Tel est le but de cette sortie botanique. 25 personnes sont présentes.

Le terrain choisi pour cette découverte est Mareille, lieu-dit proche de la confluence du Courtineau et de la Manse. Nous resterons sur les chemins, et petites routes goudronnées.

1– Un talus calcaire, exposition sud est.

C’est une explosion de plantes, dominées par les épis des Bromes, mou et stérile. Certaines  commencent à fructifier : les graines des petits muscaris (‘ Muscari négligé), côtoient les grands muscaris (‘Muscari à toupet’), qui allongent leur épi floral terminé par un toupet stérile.

Muscaris à toupet

Les Véroniques des champs et les Myosotis hirsutes apportent encore quelques taches bleues.  Hirsutes(= portant des poils) encore, les Cardamines  et les Arabettes, et aussi les  Draves printanières,   toutes dressent siliques et silicules ( Silique et silicule=formes du fruit des Brassicacées). Les Seselis, les Epiaires droites et les Silènes penchés sont encore au stade de ‘feuilles basales ‘ Le jaune des Potentilles rampantes, des Hélianthèmes communs et des Hippocrépides chevelus commencent à éclater au ras de la pelouse, à côté des petites feuilles de la Germandrée petit-chêne et de l’Achillée mille-feuilles.

Quelques Ophrys araignées dominent l’ensemble.

Ophrys araignée

L’Euphorbe petit-cyprès fleurit, certaines tiges restant stériles par la présence  du champignon, la Rouille du Pois,  qui l’envahit. Un peu plus haut, mais moins caractéristiques du lieu, la Garance voyageuse et le Fumeterre habillent la base d’un pylône électrique, entourés de tapis d’Origan et de Calament.

Un peu d’ombre, portée par  un rejet d’Orme champêtre,   puis un Fusain et  un  Prunier mahaleb, tous deux en fleur : la végétation change. Les Vesces – commune ou de cracovie — s’enroulent. Au milieu du chemin, qui fut goudronné, un amas de débris végétaux permet à trois sédums :- âcre,  rougeâtre, et cepaea -de s’installer, avec quelques Saxifrages (tridactyles), et des Sablines (à feuilles de serpolet).

Le chemin nous permet de traverser rapidement une propriété troglodytique  assez grandiose, et de redescendre sur la route qui longe le ‘Courtineau’, au pied du coteau boisé.

Ombre et humidité règnent. La végétation est autre. : de grands arbres, de grandes herbes, des arbustes, des lianes…

A la base du coteau, un petit fossé recueille les eaux de ruissellement. De très puissants Laiterons, des Laitues, des Consoudes, des Bardanes, des Cirses, tout s’emmêle.

Dans ce mur vert, des éclats lumineux rosés : la Mélitte à fleur de mélisse, est en fleur.

Mélitte à fleur de mélisse

Les papillons de nuit la visiteront avec plaisir ce soir. Dans  ce fossé, on trouve aussi du Cresson, et juste à côté, les feuilles de la Valériane officinale.

Pour grimper, trouver la lumière, et pouvoir fleurir le plus vite possible, le Houblon s’accroche à tout ce qu’il trouve : tiges de Clématite et  de Ronce, branches du Sureau  ou du Frêne.

Un replat,  dans un méandre du Courtineau, accueille des Arums d’Italie, quelques pieds d’Hellébore fétide, et des Grémils : beaucoup plus de tiges stériles que de tiges fleuries. Les fleurs, d’un bleu très profond,  donneront des graines blanches et rondes comme des perles.

Gremil

Là où l’humidité est moins prononcée, on voit la  Chélidoine, des touffes de Méliques, des Orchis bouc en attente de floraison, des Bugles rampants, des Gaillets croisette, et quelques  Renoncules.

Mélique

Et voici des Myosotis, assez hauts sur leur tige. A l’extrémité de la tige, plusieurs fleurs. Elles sont simples: 5 pétales, autour d’un ‘cœur’.Les pétales sont de couleur bleue. Non, pas tous : ici, c’est rose. Le ‘cœur’ est jaune. Non, pas celui-ci : il est blanc. Ce n’est pas par hasard : c’est une façon d’informer les insectes visiteurs.

Restez curieux !  Pour en savoir plus http://www.desfleursanotreporte.com/pages/Le_myosotis_une_fleur_qui_parle-5042614.html

Et retrouvons  le plateau !

3 —Sur le plateau, le chemin passe entre 2 champs cultivés, orge et blé.

Peu emprunté par les piétons, il  laisse croître une végétation spontanée.

Des fleurs roses, pour le même genre de plantes : des Géraniums,  de  3 espèces  différentes. Feuilles plus ou moins découpées, fleurs groupées par 2 ou plus, pétales profondément fendus ou non. Géranium mou, Géranium découpé, Géranium des Pyrénées. Et aussi, celle-ci :la fleur est rose aussi, mais la feuille est allongée, profondément découpée. C’est l’Erodium. Son espèce : bec de grue (la forme du fruit).

Géranium et Erodium sont 2 genres de la même famille : les Géraniacées.

Famille Géraniacées

Genres Géraniums, Erodium

Espèces mou, découpé, des pyrénées, bec de grue

Famille, genre, espèce…Pour nommer une plante, et surtout pour en connaître ses caractéristiques et savoir la reconnaître parmi les autres, il faut la classer, d’abord dans sa famille, puis choisir le bon genre, puis la bonne espèce, puis la bonne sous espèce etc.

Toujours au milieu du chemin, une petite poacée, à peine 20cm de haut,  attire l’œil. C’est un Pâturin, dont on reconnaît la disposition de l’épi. Inflorescence ? mais sans fleur ! l’épi porte non pas des fleurs devenant des graines, mais directement des jeunes pousses. Bel exemple de reproduction vivipare, purement végétative : c’est le ‘Pâturin bulbeux vivipare’

Famille Poacée

Genre : Paturin

Espèce : bulbeux

Sous espèce : vivipare

Restez curieux !  Pour en savoir plus

http://www.desfleursanotreporte.com/pages/Maternite-chez-les-plantes-5840275.html

Sur le bord du chemin, une végétation assez riche en familles, genres  espèces.

Des grandes quantités de Véroniques, (petit chêne et des champs), des pousses de Coquelicots, des Sauges des prés, et des Euphorbes ‘réveille matin’ bien éveillées, de puissantes rosettes de Vipérine et de Chardon crépu. Les tiges rugueuses du Buglosse contrastent avec les épis très doux du Vulpin des prés.

Sauge

Avant de fermer la boucle et de rejoindre les voitures, nous pourrons encore voir 3 Silènes différents :Silène penché et Silène enflé, aux fleurs déjà formées, et le Silène à larges feuilles, dont on trouve quelques capsules vides, de l’an passé.

                                                              Nous n’avons fait qu’’effleurer ‘ la richesse de la végétation de la commune de Saint-Épain, laissant, en ce 1er mai, le muguet à sa forêt. Souhaitons que ce petit  inventaire soit les prémices d’une connaissance toujours plus approfondie, dans la joie toujours renouvelée de la découverte. Nous remercions l’Association ‘Mémoire et Patrimoine’ de la confiance qu’elle nous a donnée, et plus particulièrement son représentant, qui, à l’improviste, a ouvert son jardin, et les bouteilles,  à tous les participants de la sortie.